Date d'arrivée
Nombre de nuit(s) +
Adulte(s) +
L'entrée dans la famille

Tout à commencé pour les Briottières à l’aube du XVème siècle alors que ce fief appartenait à la famille de Mergot. Avant 1485, il passe à Jean de La Saussaie par son mariage avec Jeanne de Mergot. Il est acquis en 1519 par René de Baïf, mari de Catherine de Champchevrier, laquelle y fit édifier, en 1528 , la chapelle de Saint –Bonaventure.

Cette chapelle est dédiée à Saint Louis. La terre comprenait alors cinq métairies et deux closeries et s’accrut d’importance, notamment du fief de la Chapelle. Les seigneurs se succèdent : René de Baïf jusqu’en 1546, Maurice Chevallerie en 1560 et enfin, en 1574, Guillaume Lesrat, Lieutenant – général du Sénéchal d’Anjou, dont la famille conservera l’ensemble jusqu’à la révolution. René de Lesrat y meurt le 6 Février 1701, âgé de quatre-vingts ans, puis, plus tard son fils, Clément –François de Lesrat, le 21 Novembre 1740. Sa fille avait épousé, le 29 décembre 1722, Alexis de Rougé, Seigneur des Rues. Le 29 Novembre 1786, le curé bénit la Chapelle réédifiée.

Le château venait alors d’être reconstruit en trois pavillons avec plate-forme centrale, qui ont été remaniés depuis. Il appartenait encore, en 1855, à la Famille d’Armaillé qui y conservait une superbe galerie de tableaux parmi lesquels un portrait du Roi René d’Anjou, daté de 1460. La vie y était paisible et tout un petit monde y régnait.

Le XVIIIème

Le château allait être acquis au milieu du XIX ème par Monsieur Alfred de Mieulle né en 1804, il épousa Marie – Louise Hochet et mourut en 1900 ; Il était l’arrière grand père de Madame Jacques de Valbray, née Monique de Mieulle, mère de François de Valbray l’actuel propriétaire.

Beaucoup de dépendances entourent le château au milieu de beaux ombrages, percés d’étroites clairières et de point de vue qui en font un parc à l’anglaise de 50 hectares dessiné par le paysagiste « Châtelain » et repris par les Frères « Bulher ». C’est Jean de Mieulle, grand père de François de Valbray, qui devait reprendre les Briottières en 1921 : Il avait alors vingt et un domestiques. Les lois sociales de 1936 et la guerre ont contribué à diminuer le nombre de domestiques, qui passa de vingt et un à onze, à savoir : trois jardiniers, un garde chasse, un cocher les cuisiniers et trois femmes de chambre, un lampiste, auxquels s’ajoutaient les gens de la ferme et les bûcherons.

En 1967 Jean de Mieulle légua la propriété à son épouse Geneviève de MIEULLE née Paulze d’Ivoy de La Poype qui , elle-même légua les Briottières en Mai 1969 à sa fille Monique de VALBRAY née MIEULLE. Ainsi Les Briottières sont dans la même Famille depuis 6 générations. François s’installe aux Briottieres le 1er JANVIER 1979 à 23 ANS, il épouse Hedwige de Craecker le 16 Novembre 1984. Tous les deux, en famille avec leurs six enfants, font revivre cette propriété en recevant des hôtes du monde entier et font renaître de ses cendres cette Majestueuse demeure d’Anjou. Le charme et l'authenticité des lieux, à la fois traditionnels et modernes par la décoration en sont les maîtres mots.

Château des Briottières